Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

Lire Madeleine Delbrêl Lire Madeleine Delbrêl
 
 
Document Actions

TEXTES DU TOME XIII DES OEUVRES COMPLETES : le Journal des débuts de «La Charité»

Ce Journal est très émouvant. On y a accès à de nombreux détails des débuts de la vie de « La Charité » qui seraient inconnus autrement. Il permet ainsi de poser des repères précis de dates, de personnes et de lieux.
On y remarque que les débuts de la vie missionnaire de « La Charité » ont été marqués essentiellement, du point de vue des activités, par le service paroissial.
Le Journal a probablement été rédigé par Madeleine elle-même. L’humour qui y règne est bien dans son style.

(Extraits – À paraître en automne 2015 dans le tome XIII)

 

* Lundi 16 octobre 1933


Octave de St Denis
En notre honneur il y a la Messe à la Chapelle.
Mr le Curé nous dit qu’ainsi c’est au nom du Bon Dieu qu’il nous accueille.
Joie que, à cause de notre présence, une Messe de plus soit dite au milieu de nos frères du Plateau.
Comme chaque matin jusqu’à nouvel ordre Suzanne et Hélène partent travailler .
À la maison commence le défilé de toutes les corporations : gazier, plombiers, etc…
On travaille ferme à tout installer.
1er Repas en commun préparé par les bons soins de Clémentine et que nous mangeons avec les couverts qu’elle nous a donnés.
Tout, autour de nous, nous parle de la charité de nos amis, tout nous a été donné et le cher St Joseph sourit au milieu de la petite maison équipée par ses soins.
À 8h conseil avec Mr le Curé , l’Abbé Garnier et Mr Signet (Président de la Conférence de St Vincent).
(…)
Monsieur le Curé nous promet des poêles et… le téléphone.
Il est entendu que nous aurons la Messe au Plateau le plus souvent possible.
Maintenant nous devons aller voir Mme Richard, bienfaitrice inlassable du Plateau. Elle est excellente mais, paraît-il, un peu sur la défensive vis-à-vis de nous. « Faites sa conquête ! » dit Mr le Curé.
Nous n’avons rien de conquérants, mais c’est le métier des Anges. Heureusement il y a un bout de route on aura le temps de les harceler !
Comme on s’habitue vite au cher « rien de trop » ! nous nous sentons comme écrasées dans la belle maison de Mme Richard. Très aimable. Mr le Curé nous rejoint. Il parle de la permanence de soins, de la petite installation que cela nécessite. « Écoutez donc Mesdemoiselles, faites la liste de tout ce qu’il faut, nous nous arrangerons avec Mr le Curé en fin d’année ! »… Mr le Curé aborde la question de la Garderie et de ses projets de déplacer sa salle de spectacles pour l’y installer. « Ne touchez pas à votre salle, Mr le Curé, il sera tellement plus simple de faire bâtir ! »
Les Anges ont vraiment bien travaillé !
Le soir nous trouve groupées près du Bon Dieu du Plateau et nous nous emplissons de cette joie : faire qu’un tabernacle ait plus souvent de la compagnie.
Là, on comprend la vocation de Charité : se confondre avec l’Eucharistie de la Paroisse, lui prendre tout ce qu’elle est Sainteté, Vie et Amour et lui servir de signe. Être possédée par le Dieu caché et le rendre le Dieu visible.

 

* Mercredi 9 novembre Caritas


Fête du Latran.
Fête de la Charité de Jésus.
Le Latran devrait être le pèlerinage de cœur de la Charité de Jésus, le Latran « mère de toutes les églises de la Ste Eglise.
Toutes les fois où la Charité de Jésus se consacrera à une paroisse c’est à (…) « pierre » de la basilique initiale qu’elle se consacrera. Chaque fois qu’elle affermira dans la vie du Christ une de ces cellules du corps mystique que nous appelons paroisse : c’est un peu du Latran qu’elle fortifiera. Mais, en revanche, chaque fois que nous nous sentons faibles, nous pourrons, en toute assurance nous tourner vers le Latran, racine inébranlable, (…) sur la pierre vivante du Christ Jésus, cimenté du sang des Saints.
Le Latran, elle fait penser à la Ste Vierge, N.D. de l’Eglise, comme St Pierre de Rome fait penser à Jésus Pasteur des Pasteurs.
St Pierre est le lieu de la Sainteté – active, positive - tout y crie sois Jésus !
Le Latran est moins terrible, tout y dit « ne sois plus toi ! » C’est le lieu du rien, la maison de l’Eglise épouse, toute anéantie et réceptive .
Ceci dit revenons à hier.
Mr Lebot et notre première brebis perdue.
Il a accueilli Hélène fraîchement. Il est tuberculeux et tout près de notre sœur la mort. Hélène parle de compotes de poires et la situation se détend. Il lit L’Humanité que de vrais bons « copains » à lui lui portent. Sa femme est à l’hôpital. Il est tout seul.
 

* Jeudi 17 novembre Caritas


Béni soit Jésus qui veut bien nous donner quelque ennui.
Mr le Curé est nommé à la Villette.
C’est un arrachement pour lui.
Nous, ça déchire.
Il est un chef vrai et c’est bon de suivre.
Acceptons dans la Foi, celui qui viendra seulement parce qu’il sera l’envoyé.
Dîner plein d’optimisme.
Suzanne ne dîne pas.
Madeleine en morceaux sur son lit.
Hélène assise par terre, couvert sur 1 chaise.
Portrait de notre futur Curé : quelqu’un de tout vieux, de tout fixé dans le passé. Quelque drame, et puis une humble camionnette emportant à travers Paris notre mobilier et nous-même vers des lieux plus hospitaliers !
Jésus soit aimé comme il veut !