Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
Document Actions

Août 2012 - L’hôte comme un frère

Le temps des vacances, temps de l'hospitalité...

Il y a une grâce de l’hospitalité. Nous voudrions retrouver sa fraîcheur, telle que la connurent et la vécurent les première communautés chrétiennes.
L’hospitalité, c’est que les autres soient chez eux chez nous. Aux repas, ils sont attendus quand ils ne sont pas invités. Notre toit est le leur. Leur entrée dans notre vie engage leur entrée dans notre maison.
Ce qui est dans notre maison est à eux quand ils n’en ont pas l’équivalent. Ils y sont préférés à nous-mêmes.
L’hôte n’est pas traité selon la justice, mais selon l’amour. Il ne peut pas être jugé, mais estimé dans la miséricorde.
De lui et de nous, l’obligé, c’est nous, car peu de mystères évangéliques sont plus riches que celui de l’hospitalité. En lui, nous recevons Jésus dans une sorte de communion collective ; par lui, nous revivons Jésus qui a accompli dans sa vie la loi juive et orientale de l’accueil ; par lui nous avons occasion d’obéir à des préceptes chargés de promesse.
« Celui qui vous reçoit me reçoit, celui qui me reçoit, reçoit celui qui m’a envoyé. Celui qui reçoit un prophète en qualité de prophète reçoit une récompense de prophète »
(Communautés selon l’Evangile, p31, 1942)