Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
Document Actions

DECES DE SUZANNE PERRIN, LA DERNIERE DES EQUIPIERES DE MADELEINE DELBREL

11 février 2018

Suzanne Perrin, la dernière survivante des équipes créées par Madeleine Delbrêl s’est éteinte à Gentilly le jeudi 8 février dernier. C’est un grand témoin de la vie, de la pensée, de l’esprit de Madeleine qui rejoint la maison du Père.

Cette nouvelle intervient quelques jours après l’annonce par le Pape François de la reconnaissance de « l’héroïcité des vertus » de Madeleine Delbrêl, et la présentation du projet de rénovation de sa maison à Ivry-sur-Seine.

 

Après avoir partagé la vie de Madeleine et œuvré de nombreuses années après sa mort pour la faire connaître dans le monde par son témoignage de vie, par l’accueil des pèlerins et par la diffusion de ses écrits, Suzanne s’en est allée dans la paix.

 

Comme Siméon, le travail accompli, elle peut chanter :

 

Maître souverain,

Tu peux laisser ton serviteur s’en aller en paix,

selon ta Parole

 

Suzanne Perrin est née à Nancy en novembre 1918. Elle était dans sa centième année.

Après des études à la faculté de droit, elle rejoint les femmes qui entourent Madeleine en 1942. A partir de cette date, elle vit dans différentes équipes, à Ivry, Vitry, Vernon, puis dans le bassin de Longwy. En 1961, elle part pour la Côte d’Ivoire où elle restera plus de vingt années. A son retour, elle rejoint l’équipe installée près de St Hippolyte, puis elle revient à Ivry. Elle devient responsable des Équipes Madeleine Delbrêl en 1997 , après le décès de Christine de Boismarmin.

 

A ce titre, et en tant que Secrétaire générale des Amis de Madeleine Debrêl, Suzanne a énormément travaillé pour témoigner de la spiritualité et du vécu de Madeleine, notamment au moment de la célébration du centenaire de sa naissance et du lancement de l’édition des œuvres complètes. Elle réussit à créer des liens avec de nombreux pays étrangers.

 

En 2011, après des soucis de santé, elle quitte la maison de la rue Raspail, mais continue une vie d’équipe à Amiens jusqu’en 2015, date à laquelle elle entre dans la maison de retraite du Sacré-Cœur à Gentilly.

 

Aujourd’hui, après toutes ces années de travail, une nouvelle page est à vivre dans l’attente de la reconnaissance d’un miracle qui permettra d’élever Madeleine au rang des Bienheureux.

 

Les obsèques seront célébrées le jeudi 15 février à 10 h à l'église St Pierre - St Paul d'Ivry

 

 

<< Go back to list