Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
Document Actions

LES ÉVÊQUES ET MADELEINE

27 avril 2016

* Suppliques au Pape pour la béatification
Lors de leur Assemblée plénière de novembre 2015 à Lourdes, les évêques de France à l’unanimité ont, à l’invitation de Mgr Michel Santier, signé une supplique au Pape François en faveur de la béatification de Madeleine Delbrêl.

* Au 48ème anniversaire de Sant’ Egidio, lors d’une célébration à la basilique Saint-Jean du Latran le 4 février, Monseigneur Matteo Zuppi a évoqué Madeleine Delbrêl

* Suppliques au Pape pour la béatification


Lors de leur Assemblée plénière de novembre 2015 à Lourdes, les évêques de France à l’unanimité ont, à l’invitation de Mgr Michel Santier, signé une supplique au Pape François en faveur de la béatification de Madeleine Delbrêl. En février dernier, se réunissant au Kloster Schöntal, 60 évêques allemands ont signé une supplique semblable au Pape qui leur était présentée par Mgr Otto Georgens, Évêque auxiliaire de Spire. De même en Italie, Mgr Matteo Zuppi, Archevêque de Bologne, pourrait proposer à l’épiscopat de signer une supplique pour l’avancement de la cause, lors de son Assemblée de mai.
 

 

* Au 48ème anniversaire de Sant’ Egidio


Lors d’une célébration à la basilique Saint-Jean du Latran le 4 février, devant plusieurs milliers de personnes, l’Archevêque métropolite de Bologne, Mons. Matteo Zuppi, a retracé dans son homélie la longue histoire, au service des pauvres et de la paix, de la communauté fondée par Andrea Riccardi. Puis il a évoqué ainsi Madeleine Delbrêl :
“Ne nous contentons pas d'une ‘miséricorde au rabais’,  comme le disait Madeleine Delbrêl. Nous devons : ‘Faire que les chrétiens ne se laissent pas modeler par un idéal de miséricorde au rabais, ne se contentent pas de ce travail corrrect qui les fait classer dans la catégorie des gens honnêtes et compétents... Il faut une miséricorde révolutionnaire dans cette miséricorde de bureaucrate et du juste milieu... Il ne faut pas attendre les enquêtes sensationnelles de quelques journaux pour penser qu’il y a actuellement une marée de souffrance... Le monde se tord dans des douleurs presque infinies. L’Église est comme une mère anxieuse à la porte  d’un hôpital où des étrangers soignent ses enfants... Elle attend de nous que par nous elle puisse s’asseoir à tous ces chevets... La miséricorde fut souvent le signe auquel les gens ont reconnu le Christ : montrons-le sans retouche, notre temps le reconnaîtra’”.


Sandro Luciani , Comunità di Sant’Egidio (Roma)
 

<< Go back to list